Que cachent vos lunettes noires ? Vision de Roland Barthes

Certes, il y a le prétexte de l’été, mais comme le ciel est tout gris, on ne comprend quand même pas très bien pourquoi vous persistez à porter vos lunettes noires – même à l’intérieur et toujours à minuit… Un cocard ? Des cernes ? Des larmes ? Une maladie ophtalmique ? A moins que l’autre là-bas ne vous ait tapé dans l’œil – diagnostic qu’aurait immédiatement fait Roland Barthes (1915-1980).

Lunettes noires en forme de cœur

Dans son merveilleux Fragments d’un discours amoureux, cette grande figure de la sémiologie (discipline qui étudie les signes) rédige, à la première personne du singulier, la manière dont l’amour s’exprime, car : « Hors du discours qui le porte, l’amour existe-t-il ? » Pour coller au plus près du trouble et de la confusion des sentiments éprouvés quand un cœur bat la chamade, l’écriture avance, comme le dit l’auteur lui-même, par « paquets de phrases » et par « fragments ». L’un de ces derniers s’intitule : « Les lunettes noires » – lesquelles deviennent la métaphore de la logique amoureuse…

 

Cacher pour mieux montrer

Contrairement à ce qu’on pourrait spontanément imaginer, l’enjeu pour l’amoureux n’est pas de mettre son cœur à nu en avouant ouvertement sa flamme à l’être aimé, mais de savoir « dans quelle mesure il doit lui cacher les « troubles » (les turbulences) de sa passion : ses désirs, ses détresses, bref, ses excès (…) », dit Barthes. En amour, il s’agit donc d’abord de cacher qu’on « déborde » d’amour. Mais comme au jeu de cache-cache, où l’on ne se dérobe que pour être finalement découvert, on ne cache sa passion que pour mieux la signaler : « (…) il faut que cacher se voie : sachez que je suis en train de vous cacher quelque chose, tel est le paradoxe actif que je dois résoudre : il faut en même temps que ça se sache et que ça ne se sache pas : que l’on sache que je ne veux pas le montrer : voilà le message que j’adresse à l’autre. » Or, qu’est-ce qui incarne le mieux ce paradoxe inhérent à toute communication amoureuse authentique ? Les lunettes noires.

 

Le complexe Barbe-Bleue des stars

Car, cacher pour montrer, voici bien ce que porter des lunettes noires symbolise, non ? Les stars nous le signifient assez, hiver comme été : elles sont, disent-elles, « comme tout le monde » et, pour qu’on ne les reconnaisse pas, elles se dissimulent derrière d’énormes verres fumés. Mais avoir à se cacher, c’est révéler par là-même qu’on est quelqu’un d’important. Et attiser un peu plus le désir et la curiosité des paparazzi et du public. Barbe-Bleue qui interdit l’accès d’une pièce dit en même temps qu’il y a justement quelque chose à voir derrière la porte fermée à clé.

Si vous n’êtes pas amoureux, vous n’avez pas d’excuses pour arborer cet accessoire quand le soleil est tout pâlot. Et si vous n’êtes pas (encore) une star, comme le dit la chanteuse Yelle dans sa chanson « Je veux te voir » : « Pas besoin de lunettes noires pour te cacher, personne te reconnaît » !

12 Comments

Filed under Non classé

12 Responses to Que cachent vos lunettes noires ? Vision de Roland Barthes

  1. Ponce P.

    Encore un petit texte ludique et éclairé où derrière les lunettes noires de Roland se cachent toujours des petites infos et réflexions pertinentes… Comme quoi la philossophie quand elle le veut peut se mettre à la portée de chacun de nous… en restant à la fois légère et singulière. Ponce P.

  2. marie

    Et si ces lunettes noires étaient une façade ? Une barrière entre soi et les autres ? Une manière de se protéger ou plutôt de s’isoler ?

  3. Pascal French

    Et si les lunettes noires étaient un signe à interpréter au sens éthologique ? Desmond Morris a écrit là-dessus de fort belles choses. Le gros œil fixe et noir, dans tout le monde animal, est un signe d’agression qui donne à l’autre l’impression d’être épié par un prédateur plus gros. D’où les gros points noirs sur les ailes des papillons, les gros yeux que l’on fait aux enfants, les talismans turcs contre le mauvais œil… et les lunettes Ray-ban que se croient obligés de porter les types qui bossent dans la sécurité pour faire « flic de feuilleton américain ». Serait-ce alors qu’on ne cache pas son désir avec les lunettes de soleil, mais que l’on fait reculer l’autre et se protège ? Le moment amoureux, c’est donc celui où on les enlève : il a une valeur d’autorisation, d’accès à l’intimité. À la terrasse d’un café, la place dans le dispositif amoureux change, dans ce cas. Portées, les lunettes noires disent « Ne t’approche pas où je te fais du mal ! ». Puis, ôtées, si le désir s’en dévoile, elle disent « Viens que je te fasse du bien ! ».
    Pour les agents de sécurité je suis moins sûr…

    • sophie

      C’est une piste passionnante! Je vais mettre Desmond Morris dans ma valise… On pourrait faire un pont entre l’éthologie et la sémiologie grâce à l’idée de Gilles Deleuze selon laquelle le monde animal est à l’origine des émissions de signes les plus riches, foisonnantes et étonnantes qu’il nous soit donner d’interpréter – il ajoute que juste après les animaux arrivent les mondains! Voir son Abécédaire notamment. Merci!

    • Amav

      Pas encore star et certainement jamais videur, je n’ai que la présence de soleil comme excuse pour porter mes lunettes noires… pourtant si les regards moqueurs ou méprisant ne m’atteignaient pas autant, je les porteraient par tout temps…
      Alors, en effet, pourquoi ? pour le dire simplement : « je me trouve plus beau avec que sans… »
      et là… pas facile d’aller plus loin sans s’attaquer au gros morceau qu’est : « l’esthétique » et pour commencer, la piste éthologique évoquée par Pascal French me paraît très intéressante…

  4. Chan

    Les lunettes noires ont-elles remplacé le rôle des éventails, avec leurs code ?

    • sophie

      piste à creuser, sauf que l’éventail laisse découvrir ce que les lunettes cachent: les yeux – mais réflexion à poursuivre! Merci pour vos encouragements.

  5. Al.

    Barthes est mort avant que les lunettes à verres polarisés soient populaires, et on peut se demander ce qu’il en aurait dit…

  6. Al.

    « Filtres » d’amour