Author Archives: Sophie Chassat

« La clarté cesse à quelques coudées de la surface » – Paul Valéry

valéry

 

« Obscur se fait nécessairement celui qui ressent très profondément les choses et qui se sent en union intime avec ces choses mêmes. Car la clarté cesse à quelques coudées de la surface. » Mauvaises Pensées et autres (1942) Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé

« Il faut que Robinson revienne à la surface » – lecture de Tournier par Deleuze

Comme l’écrit Gilles Deleuze dans un appendice à Logique du sens (1969), Robinson, c’est « l’homme sans autrui sur son île ». La question posée par Michel Tournier dans son roman Vendredi ou les limbes du Pacifique, serait ainsi la suivante : « que va-t-il arriver dans le monde insulaire sans autrui ? » Réponse du philosophe : la nécessité, pour ne pas sombrer dans la folie ni dans le désespoir, d’une restructuration du monde qui passe par la conquête des surfaces.

gilles_deleuze

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé

« Étrange parti pris qui valorise la profondeur aux dépens de la superficie » – Michel Tournier

robinson

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé

Duplicité de la surface – Georg Simmel et Michel Maffesoli à Venise

Dans Du nomadisme, vagabondages initiatiques, le sociologue Michel Maffesoli développe, à partir de Georg Simmel, cette très belle analyse d’une « surface se suffisant à elle-même », comme métaphore d’une « vie sans attaches , c’est-à-dire plus libre – à moins qu’il ne s’agisse de l’image même de toute existence humaine, fatalement transitoire… Une autre manière d’explorer – à même le chatoiement aqueux de la lagune vénitienne – le sens du superficiel, sa « duplicité » fondamentale comme la nomme Maffesoli.

venise

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé

Virvoucher – superficialité effrénée

 » Virvoucher exprime l’action d’aller et de venir, de tourner autour de quelqu’un, de toucher à tout, de se lever, de se rassoir, de bourdonner, de tatillonner ; virvoucher, c’est faire une certaine quantité de mouvement qui n’ont pas de but ; c’est imiter les mouches. Il faut toujours donner la clef des champs aux virvoucheurs ; ils vous cassent la tête ou quelque meuble précieux « , écrit Balzac dans sa Théorie de la démarche. 

mouche

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé

De quoi est susceptible la susceptibilité?

Susceptibilité : réaction superficielle s’il en est… Et pourtant la susceptibilité est elle-même… susceptible de bien d’autres interprétations…

susceptible

 

Continue reading

1 Comment

Filed under Non classé

Le surf ou : les coulisses de la surface

Que fait le surfeur quand il prend la vague ? Il épouse une surface – mais pas n’importe laquelle et pas n’importe comment…

surf-kassia-meador

Kassia Meador, surfeuse-danseuse

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé

Comme un léger flottement…

Flottement : voici un terme qui pourrait bien, lui aussi, révéler la « profondeur du superficiel »… Car que nous enseigne, par exemple, la flottaison d’un objet à la surface de l’eau ? Qu’une force s’exerce sur lui qui le pousse vers le haut – c’est la fameuse poussée d’Archimède. Le calme du dessus signale ainsi la puissance du dessous. Et il se pourrait bien qu’il en aille de même avec le flottement comme attitude…

flotter

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé

La « vestignomonie » selon Balzac : «c’est que ces choses, futiles en apparence, représent[ent] ou des idées, ou des intérêts»

Entre le 2 octobre et le 6 novembre 1830, Honoré de Balzac rédige une série d’articles sur… la mode. On peut les lire aujourd’hui dans l’opuscule baptisé Traité de la vie élégante. Dans un de ces textes, il forme le néologisme de « vestignomonie », pour dire combien l’étude des vêtements d’un individu, d’un peuple, d’une civilisation, peut en dire long sur la nature de chacun d’eux. « Pourquoi la toilette serait-elle donc toujours le plus éloquent des styles, si elle n’était pas réellement tout l’homme, l’homme avec ses opinions politiques, l’homme avec le texte de son existence, l’homme hiéroglyphé ? Aujourd’hui même encore, la vestignomonie est devenue presque une branche de l’art créé par Gall et Lavater. »

Balzac par Daumier : que verrait le "vestignomoniste"?

Balzac par Daumier :
que verrait le « vestignomoniste »?

Continue reading

2 Comments

Filed under Non classé

Subficialité de la caresse

Quoi de plus superficiel qu’une caresse ? Ce geste sensuel ne semble, en effet, qu’attoucher, effleurer, friser, frôler, la surface d’une peau. Et pourtant, à même le frisson de plaisir éprouvé, c’est bien quelque chose comme l’intimité des êtres qui se révèle – comme si la caresse dessillait les yeux de l’épiderme et ouvrait à une vérité profonde et indicible autrement. La caresse pourrait bien alors symboliser la réversibilité de toute surface (pour peu qu’on sache paradoxalement « en rester à la surface ») : en un mot, ce que j’ai choisi de nommer la « subficialité » des choses…

caresse

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under Non classé