La contraception, à consommer sans modération

« J’ai 16 ans, je ne sais pas quelle contraception choisir. Entre le préservatif, la pilule, le préservatif féminin, le stérilet ou l’anneau vaginal… Je ne suis pas sûre de faire le bon choix. Quelle contraception sera la plus adaptée à mon âge ? »

Carole, en 1ère S

L’avis du doc’ :

Danielle Hassoun, Médecin gynécologue – obstétricienne, Paris 11e

« Plusieurs éléments vont intervenir dans le choix de votre contraception et ce choix n’est pas tant lié à l’âge qu’à des préférences ou réticences personnelles. Il est aussi fonction de ce qui se passe dans votre vie amoureuse, avoir un copain régulier ou seulement des relations épisodiques, par exemple. Des problèmes de santé peuvent également contre-indiquer la prise de certains contraceptifs et vous pourrez en discuter avec votre médecin.

Avant de choisir sa contraception, il faut réfléchir si l’on souhaite une contraception de longue durée comme le stérilet (que l’on appelle plus volontiers maintenant DIU pour « dispositif intra-utérin ») ou l’implant. Ces deux contraceptifs sont posés par un médecin et peuvent rester en place 5 ans pour le stérilet et 3 ans pour l’implant si tout se passe bien. Ils peuvent être retirés à tout moment si vous le souhaitez.

On peut préférer une contraception que l’on contrôle soi-même comme la pilule qui est prise tous les jours à peu près à la même heure. Mais si on craint d’oublier, le choix de l’anneau vaginal est peut être plus judicieux. Il est mis dans le vagin pour 3 semaines, enlevé une semaine puis un nouvel anneau est reposé. Utiliser les anneaux vaginaux implique de se sentir à l’aise pour introduire l’anneau dans le vagin. Le patch (timbre qui contient des hormones et qui doit être changé une fois par semaine) est également une option possible quand on a peur d’oublier la pilule ou quand on n’aime pas trop avaler des comprimés.

Préservatifs masculins ou féminins sont, bien sûr, indispensables quand on démarre une relation avec un nouveau partenaire et tant que les tests HIV n’ont pas été faits. Ils protègent des infections sexuellement transmissibles et du SIDA mais ce sont également de bons contraceptifs à condition d’être bien utilisés, à chaque rapport et quelle que soit la date des règles.

Par ailleurs, en cas de rapports non protégés, d’accidents de préservatifs ou d’oublis de pilules, la contraception d’urgence est facilement accessible dans les pharmacies, sans prescription mais également chez l’infirmière du lycée. Elle est gratuite pour les jeunes filles mineures.

Finalement, la contraception la plus adaptée est celle que vous avez choisie en tenant compte de tous ces éléments et en sachant qu’il ne faut pas hésiter à en changer si elle ne vous convient plus. En effet, une contraception qui vous correspondait parfaitement à un moment donné peut ne plus convenir du tout à un autre moment. »

Conseil de Iona, étudiante en Master 2 « Musique et Arts du Spectacle spécialité Administration de la Musique et du Spectacle Vivant » à Evry qui a essayé différents modes de contraception :

« La pilule c’est quand même contraignant. En moyenne, moi j’oubliais de prendre ma pilule au moins 3 fois par semaine. Au final, j’utilisais autant de capotes que lorsque je ne prenais pas la pilule… Après tout dépend de ta sexualité. Si tu as des rapports réguliers avec ton copain (qui est sérieux et honnête bien sûr !), je te conseille d’opter pour la pilule si tu penses pouvoir tenir l’horaire tous les jours.

Pour l’anneau vaginal (qui se met comme un tampon) n’hésite pas, c’est pratique même si t’as tendance à regarder plusieurs fois par jour ton entrejambe pour vérifier qu’il est toujours en place. Mais à part ça, c’est nickel.

Concernant le stérilet, je ne m’y connais pas vraiment mais je sais que la plupart des gynécos refusent d’en prescrire aux adolescentes parce que c’est plutôt réservé aux femmes qui ne veulent plus avoir d’enfants…

Enfin, pour ce qui est de la capote féminine, il ne faut déjà pas avoir peur de se plonger dans ses propres méandres vaginaux. Gros bémol du joujou : il n’y a pas de distributeurs de préservatifs féminins (c’est complètement injuste d’ailleurs) et tu es donc obligée d’aller taper la discussion avec ta pharmacienne pour en avoir… L’avantage, c’est que tu peux le mettre bien avant le rapport sexuel et éventuellement refaire l’amour plusieurs fois avec le même préservatif féminin (dans la même nuit hein, va pas chercher ta capote de la semaine dernière c’est carrément dégueu’!). »

EN BREF : La contraception, c’est un peu comme les études : on s’informe sur ce qui existe, on choisit ce qui nous paraît le plus adapté à notre profil et surtout… on en jouit !

 Daisy

5 réflexions au sujet de « La contraception, à consommer sans modération »

  1. J’ai de grands enfants, mais mes 18 ans ne me paraissent pas si lointains.
    Avec le recul et l’expérience, je crois qu’à cette période là, le stérilet aurait été le plus indiqué.
    Il n’y a pas de contre-indication pour une femme n’ayant jamais eu d’enfants. Il faut voir un gynéco qui a l’habitude de le faire.
    Avantage du stérilet (sans hormones, je parle seulement de ce que je connais) :
    — on le met en place et on est tranquille pour 4 ans ! (on fait les contrôles réguliers quand même). Le stérilet est là, mais on ne le sent pas.
    — libido bien meilleure que sous pilule (du moins, pour moi)
    Inconvénients :
    — saignements plus importants lors des règles ?
    — à savoir : la prise d’anti-inflammatoires rend le stérilet inopérant.

    A partir de 17 ans, j’ai eu une relation longue de plusieurs années, mais on/off. Au bout d’un moment, j’arrêtais la pilule. Pour la reprendre un ou deux mois plus tard, avec quelques fois, une prise de risque..

    Du point de vue contraceptif, c’est le moyen le plus sûr. Une fois mis en place, on n’a plus à s’en préoccuper. C’est génial. Si on veut toutefois le faire enlever, il suffit d’attendre les prochaines règles.

    J’ai vraiment trainé des pieds pour me décider : l’idée qu’on m’introduise un corps étranger dans l’utérus m’effrayait. Une fois le DIU en place, je me suis demandé pourquoi je n’avais pas choisi ce moyen plus tôt !!!

    Je suis choquée de voir qu’on propose la pilule sans bilan sanguin, sans poser la question « est-ce que vous fumez ? » Jeunes filles, si votre médecin agit comme cela, changez de médecin ! c’est peut-être bien pratique sur le moment, mais ça n’est pas le fait d’un médecin, mais d’un commerçant.. Un bon médecin prendra du temps pour vous parler.

  2. « Concernant le stérilet, je ne m’y connais pas vraiment mais je sais que la plupart des gynécos refusent d’en prescrire aux adolescentes parce que c’est plutôt réservé aux femmes qui ne veulent plus avoir d’enfants… »

    J’appuie le post d’Eulalie, le DIU n’est absolument pas réservé aux femmes ayant enfanté. Il existe des DIU de taille plus petite qui conviennent aux nullipares, la seule restriction pourra concerner les DIU au cuivre qui ont besoin d’une surface plus importante pour être efficaces. Le risque d’infection augmente avec les manipulations, si on ne change pas de DIU tous les quatre matins (le changer avant cinq ans n’est normalement absolument pas nécessaire, et certains peuvent être laissés en place bien plus longtemps), il y a de bonnes chances que tout se passe bien. Contrairement au nom qu’on lui donne encore trop souvent, le DIU n’entraîne pas la stérilité ensuite…

    http://martinwinckler.com/spip.php?rubrique34

  3. Et petit ajout à mon précédent commentaire : les sages-femmes peuvent poser des DIU. Si vous ne trouvez pas de gynécologue acceptant de le faire pour vous, pensez à chercher de leur côté.

  4. Ping : Ma première pilule : est-ce que je dois arrêter de la prendre ? | Qu’est-ce que j’en sexe ?

  5. Ping : Je peux prendre la pilule du lendemain le surlendemain ? | Qu’est-ce que j’en sexe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>