Direction VICTORIA, capitale de la Colombie-Britannique !

Pour l’un des derniers weekends de beau temps, du moins sans pluie, direction Victoria, capitale de la Colombie-Britannique ! C’est la ville la plus ancienne de l’Ouest Canadien : cette année en 2012, elle a fêté son 150e anniversaire ! Et pour le Canada, ça remonte aux débuts de l’histoire du pays. Eh oui, en 1862, lorsque la ville de Victoria a été constituée, la Colombie Britannique n’avait pas encore rejoint Confédération Canadienne !

En ce qui nous concerne, le chemin jusqu’à Victoria a été long… mais méritait véritablement d’être emprunté. Rien que le fait d’aller à Victoria est un voyage superbe. La ville étant située sur l’île de Vancouver, nous avons dû quitter la terre ferme…  Nous avons d’abord fait une heure et demie de bus pour rejoindre Tsawwassen, une petite ville signifiant dans le langage des Premières Nations « Land Facing the Sea », car elle est située sur la péninsule la plus avancée dans l’Océan en direction de l’Île de Vancouver. De là, nous avons pris le Ferry pour un voyage d’à peu près une heure.

Mais quel Ferry ! Un bateau immense où la vie ne s’arrête pas sous prétexte d’être sur l’eau… A peine les derniers passagers embarqués et l’ancre levée, la file d’attente au restau-café (ou plutôt le fastfood) faisait déjà peur ! Les gens – assurément des canadiens habitués, s’attablaient devant d’énormes hamburgers-frites-cocas… Il était onze heures du matin et le bateau n’était pas immobile… Je me suis contentée d’un café !

Mais ce que je retiendrai du Ferry ne sera pas l’odeur de friture et de capuccino, mais la vue. Un beau temps dégagé, un ciel bleu, et tout autour, les petites îles émergeant de l’eau annonçant l’approche de la grande île… C’était vraiment magnifique. L’océan, les montagnes, les forêts, un ferry à la mode américaine, rien de plus canadien. Et bien sûr, j’allais oublier, les distances interminables ! Quand nous sommes arrivés (saviez-vous que le verbe ar-river signifie étymologiquement ‘atteindre la rive’ ? Je m’égare) sur l’Île de Vancouver, nous n’étions pas encore rendus à Victoria… Encore un peu de bus…

Et nous y voilà ! Downtown Victoria ! Partis à 9h30, il est maintenant 13h et l’heure de manger – et pas un hamburger-frites… mais presque ! Si vous voulez un petit conseil, une balade à faire à Victoria le jour où vous viendrez, c’est celle qui longe le bord de l’eau vers le sud. C’est très très mignon, l’Océan d’un côté, et puis en avançant, on tombe sur des quartiers résidentiels assez chics à la mode anglaise (héritage des premières colonies).

A un moment donné, on arrive aux « houseboats », des habitations flottantes (péniches aménagées) très connues en Colombie Britannique, qui forment une espèce de petit port très mimi…

Et là se trouve le meilleur Fish&Chips de Victoria : Fisherman’s Wharf ! (En français le Quai du Pêcheur). Quelle belle tablée ! Bien-sûr, tout cela reste très gras et très mauvais pour la santé. Désolée.

Bref, ça valait le détour… Après ça, marche digestive dans le vieux centre de Victoria ! Ce n’est pas très grand, toujours en damier comme toutes les villes nord-américaines, mais plutôt chaleureux. Le fait d’être sur une île empêche les rues d’être trop larges et les immeubles trop hauts, c’est très différent de Vancouver !

Parmi les incontournables de Victoria figurent les édifices législatifs, en face du port intérieur. Manque de chance, le samedi, le Parlement de Colombie Britannique n’ouvre pas ses portes au public ! Dommage, il va falloir revenir… En revanche, pas de souci pour les boutiques…

Nous avons aussi fait un tour dans Chinatown, plus petit qu’à Vancouver, mais sympa à voir ! La rupture tradition/modernité est toujours frappante.

 

Après ne pas avoir payé le bus (très mal au Canada), nous avons fait un dernier arrêt au Craigdarroch Castle, autre monument de Victoria. Même si ce « château » n’a rien à voir avec nos châteaux du Moyen-Âge ou de la Renaissance, Craigdarroch remonte à la fin du 19e siècle et représente une trace tangible de l’histoire du Canada – pour courte qu’elle soit. Il a été construit pour Robert Dunsmuir, un immigrant écossais ayant fait fortune dans le charbon sur l’Île de Vancouver, et par conséquent l’homme le plus riche de l’Ouest Canadien de l’époque. Un joli château victorien tout de même.

Et puis nous avons repris le bus, le ferry, et encore le bus. Et en chemin, nous avons croisé… un champ de citrouilles ! Sérieusement, c’est trop canadien. Qui a déjà vu un champ de citrouille ? Pour moi, c’est fait… check !

One thought on “Direction VICTORIA, capitale de la Colombie-Britannique !

  1. Quel enthousiasme! Ça ne m’étonne pas que tu sois à Sciences Po, ta lettre de motivation devait être phénoménale. Sinon, je trouve intéressant que tu mêles les rappels historiques à la description de tous ces paysages. Les photos sont jolies, aussi. Je vais lire tes autres articles!

Comments are closed.