Les FESTIVALS D’ÉTÉ à Vancouver… du côté des bénévoles ! Deuxième partie : Le Dragon Boat Festival dans la baie de Vancouver

Dragon boatComme les précédents articles le suggéraient, la sensibilité asiatique est omniprésente à Vancouver, et cet événement estival en est une preuve de taille : les bateaux-dragons chinois s’invitent sur les eaux vancouvéroises le temps d’un long weekend… voire même plus. Ni une ni deux, la culture multicolore de Vancouver m’appelle. Un t-shirt vert pomme et un talkie-walkie plus tard me voilà bénévole et motivée.

go dragonJuste quelques mots sur ce festival qui, pour nous européens ou visiteurs polyglottes, est plutôt hors du commun. Les bateaux-dragons sont des pirogues d’origine chinoise qui ont donné leur nom à un sport nautique très fameux en Asie. Le festival a lieu tous les ans en Chine et s’apparente à une compétition opposant des équipes d’une vingtaine de pagayeurs. C’est historiquement vers le début des grandes chaleurs et des épidémies qu’était célébré le réveil du Dieu Dragon, maître des eaux, rivières, mers, pluies et nuages, afin d’assurer l’abondance de la récolte et la santé des habitants. Les combats de bateaux sur le Yangzi Jiang faisaient partie du rituel et les noyades étaient assimilées à des sacrifices. Depuis lors, les courses de bateaux-dragons irriguent la culture chinoise… et vancouvéroise ! C’est maintenant un sport nautique international connaissant une des croissances les plus fortes au monde et regroupant 60 millions de participants !

dragonboatvan-620x350La petite de baie de False Creek à Vancouver à la porte de l’Asie est donc un des lieux privilégiés pour ces réunions sportives. C’est l’une des grandes célébrations de cet héritage multiculturel unique au Canada, récompensant les efforts des équipes pro qui s’entraînent toute l’année aussi bien que les amateurs de cadence soutenue. Une centaine d’équipes se sont donc affrontées dans la joie et la bonne humeur… grâce aux petits soins des 600 bénévoles sur le site !

dragon-boat-festival-2013-i5Et oui, sans bénévoles, pas de festival ! Je crois que c’est là que j’ai réalisé cette évidence qui, pour nous européens, n’en est pas une ! Toute l’organisation de l’événement est assurée par des bénévoles, aussi bien du côté de la course elle-même, autour des départs, arrivées, podiums, matériels en tout genre, que de celui du festival auprès des spectateurs, des artistes, des stands de nourriture, des admissions et autres activités. Pour quelques heures de festival, une très longue préparation est nécessaire. Pour le coup, c’était ma première participation en tant que bénévole « petite-main » – ce que j’ai réalisé plus tard, à la lumière de mes autres postes de bénévolat. Je ne savais pas vraiment à quoi m’en tenir, et j’ai donc accepté deux shifts consécutifs de 6h à 20h. Oui. J’étais jeune et innocente. En plus, le skytrain ne fonctionnant pas avant 7h le weekend, j’ai dû prendre un bus à 5h15 du matin, commencer dans les starting-blocks à 6h, enchaîner avec une journée de 14 heures et rentrer lessivée pour recommencer le lendemain même heure. Cela fait partie des expériences d’apprentissage de la vie dont on se souvient :)

Voiture-à-Garer-au-ParkingEntre autres tâches, j’ai été chargée de diriger les voitures dans un parking minuscule réservé au déchargement du matériel des pagayeurs. Comment dire aux gens que non, ils ne peuvent pas stationner là, qu’ils doivent se ranger en épi, se serrer, ne pas rester dans l’allée, patienter pour que les précédents sortent, ne pas s’énerver et rester calme dans ce parking surpeuplé qui ne désemplit pas ? Mmmh, vive l’anglais avec la pression dans ce genre de situation – mes neurones s’entrechoquaient. N’empêche, après quelques moments de pure galère, mon parking au final était impeccable et marchait comme sur des roulettes ! Fort heureusement je n’ai travaillé au parking que 4 heures. Lol.

boring-marketing-contentLe reste du temps, j’étais de mission régulation du trafic aux barricades – le pire n’était pas le job mais mon partenaire. Insupportable. Pendant les 4 heures de mon créneau, il m’a entretenu des  théories d’astrologie dérivées d’astronomie et d’autres sciences qu’il croyait au service de la lecture des signes annonçant l’avenir et de la prédiction du futur. Achevez-moi, maintenant. Le pire était de savoir l’absence absolue d’échappatoire et que la machine à voyager dans le temps n’existait pas encore. Pour le coup, j’aurais apprécié qu’il me dise comment à l’avenir j’apprendrais à éviter ce genre de personnage.

Un si dur labeur n’est pas resté impayé. Mes autres jobs lors du festival étaient plus agréables et plus proches de la scène des musiciens et de la baie avec les courses. J’ai réussi à agrémenter mes heures de travail avec les petits plaisirs du bénévolat, profiter du festival gratuitement, me faire des amis ou en retrouver de mes autres expériences de bénévolat. Le top reste mon élection « volunteer of the day » pour mon efficacité et ma disponibilité. Ahah. Merci, mais on ne me reprendra pas deux fois à accepter des journées si longues !

DB imageEt puis le couronnement de mon bénévolat au Dragon Boat festival a été cette opportunité en or de pouvoir pagayer moi-même sur un bateau-dragon au sein d’une équipe ayant remporté l’argent ! Quelques jours après le festival, nous étions appuyées sur la balustrade le long de la baie où la course avait eu lieu lorsque des bras se sont tendus et des voix nous ont hélé des bateaux-dragons en contrebas. Quelques minutes plus tard, on était sur le bateau, à tenter de suivre le rythme effréné de l’équipe qui nous avait adoptées. Certains pagayeurs étant absents, on nous a proposé leurs places pour l’entrainement de la soirée, juste comme ça, pour nous faire plaisir ! Ah la gentillesse spontanée du Canada, aussi généreuse que surprenante ;) Et puis bien-sûr, dîner de sushis pour terminer la journée en beauté…